Georgen Parochial Friedhof II / Berlin / Allemagne

 
Notre voyage à Berlin remonte à l'été 2010, il faisait une chaleur infernale.
Je n'avais pas encore le réflexe de dénicher un cimetière à explorer à chaque voyage et ici c'est le cimetière qui est venu à moi.
 
Nous nous baladions dans le quartier autour de notre hôtel quand nous avons aperçu un enclos de verdure d'où dépassaient des pierres tombales. Mon radar a tout de suite sonné: "je veux aller voir". 
 
J'ai le souvenir d'un fort contraste avec l'aspect très minéral de la ville qui disparaissait d'un coup pour devenir une bulle semi-sauvage très campagnarde.  J'avais devant les yeux des champs et des bois où se perdaient des tombes en plus ou moins bon état.
 
Cette première vision d'un cimetière "romantique" (et buccolique) m'a émerveillé. 
Au fil de la balade d'autres aspects sont apparus: des tombes murales imposantes et décrépies venant d'un autre siècle,  par endroit des amoncellements de pierres tombales désafectées et finalement un espace plus récent et mieux entretenu mais gardant cette atmosphère buccolique.

Les cimetières à Berlin sont très particuliers. Contrairement à Paris ou d'autres grandes capitales, les paroisses ont gardé leur espace d'inhumation autour des églises. Lors des agrandissements nécessaires des parcelles ont été ajoutées, le plus souvent séparées de l'espace d'origine à cause de l'urbanisation. C'est comme cela que l'on se retrouve avec une numérotation ( ici le n° 2 du Georgen Parochial Friedhof ). Ces morceaux sont appelés des aîtres.
A Berlin la plupart de ces aîtres sont rattachés au culte protestant évangélique et un petit nombre reste sans confession et est géré par la ville.

Le Georgen-Parochial-Friedhof II, de culte protestant, ouvrit ses portes en 1848.
Dans les années 1860, une chapelle de brique fut construite dans le cimetière. Elle est considérée comme la plus ancienne dans Berlin.
On y retrouve un espace d'accueil pour les familles ainsi qu'une morgue.

Il existe aussi de nombreuses tombes de victimes de la seconde guerre mondiale, notamment des fosses communes qui s'etendent sur de grandes pelouses.
 
 
La chapelle morgue
 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire